Général Maurice Faivre - Historien

Accueil > Biographie > Observations sur l’opération du 2 octobre 1957

Observations sur l’opération du 2 octobre 1957

Avant l’écriture, le combat

, par Maurice Faivre

Retour à la biographie

Commandant le 5° escadron du 8° Hussard et le Sous-Quartier du Khroubs, renforcé par des Sections d’artillerie et de GMS, j’organise la fouille des pentes sud du djebel Ouasch. Peu après le début de la progression (8H10), artilleurs et hussards se heurtent à une katiba d’une soixantaine d’hommes ; elles subissent quelques pertes et poursuivent l’ennemi qui s’enfuit vers le nord-Est, où il est attaqué par l’artillerie et par des avions T6, dont deux sont abattus. Le Secteur de Constantine renforce le dispositif, mais trop tard pour intercepter les restes de la katiba. Celle ci perd 15 tués, 6 prisonniers, 2 FM Brenn et 17 fusils de guerre. C’est un succès malgré les pertes de 2 officiers, un sous-officier, un artilleur et deux avions de chasse (voir C.R. Gribius).

Noter que le djebel Ouasch était la promenade privilégiée des Constantinois, à 10 km de la ville par le camp Fray. L’opération était montée a priori, en fonction du terrain, mais sans renseignement.

Le commandant du 3/67 RA avait estimé qu’il n’y avait pas besoin de bouclage, celui-ci étant assuré par l’artillerie (un seul canon de 105 !) et par les feux aériens.

Le bouclage nord (dont le 4ème RC du colonel de Boissieu), indiqué sur la carte, a été mis en place par le colonel Gribius (commandant le secteur de Constantine) dès qu’il a appris l’accrochage du matin. Mais il était trop loin et trop tardif. Il aurait fallu des poser d’hélicos sur le signal de l’Ouasch.

Les restes de la katiba se sont échappés par le nord-est ; ils ont été accrochés le surlendemain dans le Quartier de Condé-Smendou et ont perdu leur troisième FM.

Il est évident que sans l’appui des T6, les pelotons d’appelés, non entraînés au combat, auraient eu de lourdes pertes. Marchant " au canon", ils ont été ralentis par des tireurs au fusil, laissés en arrière-garde par les fells. Les EBR du 8ème Hussard ont accroché la bande dans la soirée à Ain Smara ( 9 km nord d’El Aria). Mais ce sont les aviateurs guidés par l’ALAT, qui ont fait le gros du bilan.

retour à la biographie